Deep Stack Moi Aussi

1 mars 2010 at 22:18 (Compte-Rendus)

En ce beau jour de février, la journée s’annonce longue : je dispute mon premier tournoi Deep Stack à Moissy. Tendu et excité par l’événement tant « médiatisé » sur ClubPoker, je pars donc direction la banlieue lointaine en compagnie de Williboy, Trogloelie et BastosWeb. Arrivé 40 minutes plus tard sur les lieux du crime, d’innocents joueurs évoquent déjà les derniers bad beats qu’ils ont reçu la veille sur Internet. Je ne connais pas grand monde hormis Elie avec qui je swap 20% (ça permettra au moins de sauver une partie du buy-in si l’un de nous deux perfe). Les autres sont pour l’instant des mystères. Dans la grande pièce où on nous accueille, des cartes de visite avec nos pseudos ont été posé à nos places respectives. Je cherche ma place et reconnais des noms connus du ClubPoker. En fait, je connais beaucoup d’entre eux d’après leurs posts sur le forum. Je mets petit à petit un visage sur ces pseudos mystérieux « Piepieff », « Rirou », « JayNissa »…  Je paye mon entrée et fait connaissance avec Gégé, l’organisateur, personnage sympathique qui respire l’amour du Poker.  Les cinq tables sont couvertes de tapis à l’effigie du tournoi et agrémentées par les caves de séduisants jetons également fabriqués exclusivement pour l’occasion. La structure du tournoi est vraiment très belle. 45K jetons pour commencer, Blindes 25-25 et augmentation toutes les 30 minutes. Un rêve de structure, bien loin des habituels tournois en cercle pour ce genre de buy-in. Normalement, on va pouvoir jouer et ne pas prendre des risques démesurés dès les premiers niveaux, et ça c’est plutôt une bonne nouvelle que de ne pas être condamné à jouer des coin flips pour survivre.

A 12H30, le tournoi commence et notre table se remplit au compte-goutte avec l’arrivée des retardataires. Je connais quelques pseudos des joueurs de ma table, mais ne sais pas du tout comment ils jouent. Il ne me faudra que quelques mains pour profiler mes adversaires. Clairement, le niveau de cette table est plus que correct, avec notamment deux membres de la Newteam, une jeune équipe composée de joueurs d’origine asiatique très talentueux fans inconditionnels d’Olive et Tom. On trouve également deux ou trois joueurs assez tight, (dont PoKR1, que je connais déjà),  une méga-serrure qui a vite été repérée comme telle, un gambleur un peu imprévisible (Piepieff), un joueur de live exclusivement (Juliano), un joueur dangereux (Rirou) situé juste à ma gauche. Je décide de participer au Last Longer proposé par Xmoon. Après tout, un surplus de motivation ne pouvait pas faire de mal, et puis, c’était la première fois que je participais à ce genre de « pari sur la performance ». Je sortais mon petit carnet pour noter les mains, mon petit porte-bonheur protège-cartes, mon Iphon en cas d’ennui à table. J’étais prêt. Le tournoi pouvait commencer.

Blindes 25/25 – Stack 45000 – Olive et Tom

Autant le dire, sur des blindes si petites, on peut se permettre de voir des flops. Ne connaissant pas encore les joueurs, je décide d’adopter une stratégie assez conservatrice, développant un jeu tight-agressif que je maîtrise maintenant. Je ne souhaite pas spécialement recevoir des grosses cartes dans les premiers niveaux, mais c’est pourtant le cas.

Dès la deuxième main, je reçois en MP. Deux limpeurs essaient de voir le flop gratuitement, Juliano à ma droite relance à 150. Fermement décidé à ne pas jouer passivement, je décide de surrelancer à 500 pour éviter également d’attirer d’autres joueurs dans le coup.  Il me paye. Sur un flop , il attaque directement à 1500. Je call juste espérant lui prendre un deuxième barrel. Turn Il checke. Je checke également, comme pour lui faire croire que le roi m’embête plus qu’autre chose. River . Il checke encore. Je tente un value-bet à 2200 qui ne passe pas. Il m’annoncera plus tard avoir Possible. En tout cas, je prends un petit pot sympathique pour commencer.

Quelques mains plus tard, je relance UTG+1 à 100 avec . Piepieff, en SB me raise à 350. Là, je me tâte longtemps avant de 4-bet à 1500. Je sais que je peux le perdre, mais en quelques mains, il m’a déjà prouvé qu’il était capable de faire des erreurs coûteuses. Je veux donc lui prendre le plus possible sur le coup, mais j’ai également un peu peur qu’il vienne chercher un flop avantageux pour pas cher. Quoiqu’il en soit, ce 4-bet le fait fuir, et je le regrette quelques secondes plus tard, me disant que j’aurais peut-être du risquer de jouer le coup post-flop. C’est sans doute une de mes leaks que je n’ai pas encore réussi à améliorer en cash game, prendre des risques avec les as peut rapporter beaucoup, je le sais bien, mais j’ai du mal à essayer cette manière de les jouer.

Un peu plus tard, intervient un coup contre Baolino, un des membres de la Newteam, un bon joueur qui aimerait bien pouvoir gagner tous les coups et qui rentre dans énormément de pots. Je décide de suivre une de ses relances à 125 en position avec . Le flop se dévoile. . Il c-bet à 225. Je décide de just caller, fidèle à ma stratégie small-ball de début de tournoi. La turn est le et il place un deuxième barrel à 525. Je le vois encore sur deux cartes hautes et décide de juste payer à nouveau. Je peux relancer mais j’estime qu’il est probable qu’il continue encore son bluff à la river. River . Une carte assez dangereuse qui le fait tapoter la table. J’estime qu’il n’y a pas de value à prendre et check behind. Ma paire de valets gagne, il était effectivement en bluff.

Je vole également quelques blindes, en misant ou surrelançant les limpers, sans jamais montrer mon jeu, et commence à me forger une image de joueur un peu foufou, ce qui est bien loin de l’image de nit que je véhicule habituellement.

Blindes 25-50 – Stack 48000 – Piepieff le Marseillais

Je continue à recevoir des mains, peut-être trop pour mes adversaires qui commencent à me soupçonner de jouer loose (quelle injure pour une serrure comme moi !). Je reçois UTG+2 et décide de relancer à 150,  payé uniquement par Baolino au bouton. Le flop tombe . Un beau flop pour faire un continuation bet à 225. Call de Bao qui ne me croît pas. Turn , et j’envoie une deuxième cartouche à 625, le faisant folder après pas mal d’acting. Passablement énervé par quelques coups perdus, il essayait de voir le plus de flops possibles pour « se refaire » et ne tardera pas à disputer un pot intéressant contre Piepieff. A la suite d’une série de relance et surrelance, Piepeff réclame son tapis alors que Bao avait 4-bet à 3500. Très longue réflexion de Bao qui finit par folder face up . Beau fold puisque Piepieff montre !!  En soi, ce fold est presque logique, vu la profondeur des tapis mais il disputait ce coup contre le seul joueur de la table pouvant tenter un « gros move » comme ça.

Je gagne encore quelques coups sans showdown, avec des mains décentes. JT, AK, 89, soit preflop soit sur des c-bets. La table est en mode tight. Viet, un joueur qui a l’air de savoir ce qu’il fait, remarque que je gagne beaucoup de coups sans showdown et aimerait bien en disputer un contre moi, juste pour savoir avec quoi je joue et glaner quelques infos. Si tu passes par là, Viet, tu les auras, tes infos !!

Blindes 50-100 – Stack 50000 – Viet la prudence

Arrive enfin le coup tant attendu contre Viet. Bao relance comme une fois sur deux à 400. Viet le surrelance à 2000. Je suis en SB et découvre . Je suis dans une situation que j’aime pas beaucoup. Parfois, ça m’arrive même de fold dans ces cas-là, tellement j’aime pas être hors position avec AK lors de gros pots. J’ai décidé de ne pas être tight-weak aujourd’hui, et si je ne joue pas avec AK, avec quoi je vais pousser les jetons ? Choisissant l’opposé, je décide de 4-bet à 6000, représentant beaucoup de force, même si mon image n’est pas vraiment celle d’une serrure. Bao folde et Viet réfléchit assez longuement, c’est sûr il a une main mais il est bien emmerdé avec mon 4-bet. Il décide finalement de folder face up . Je ne montre pas, parce que ce n’est pas dans mes habitudes et je préfère que mes cartes restent un mystère à ce moment.

Je gagne plusieurs coups contre Viet et Bao, dont un avec sur un flop où je profite de leur faiblesse pour arracher le coup en position au flop. Ce coup me vaut pas mal de commentaires de la part de Viet qui se retenait de tenter des moves élaborés contre moi, ne sachant pas vraiment où me situer, hésitant entre le fish et le bon joueur, et qui du coup attendait de toucher pour m’affronter.

Blindes 100-200 – Stack 55000 – Emro le danger

Ce niveau commence très fort dès que je soulève mes deux cartes. J’ai et j’en reviens pas encore de toucher autant de jeu. Même si je préfère toucher de belles mains à la fin du tournoi, ces cow-boys m’apparaissent bien séduisants, surtout au flop où, après une relance au Hi-Jack payée deux fois, je découvre . Persuadé qu’un des payeurs était sur l’as, et surtout conscient de l’image que j’ai à ce moment-là, je suis certain qu’une mise va entraîner une relance. Malheureusement, les deux joueurs foldent sur ma mise de continuation de 1000. Tant pis, je prends quand même ce pot pour continuer à monter mon stack avec régularité.

Arrive alors un coup un peu bizarre contre Emro, un joueur qui m’a semblé très tight jusqu’à maintenant. Il limpe UTG+1 à 200. Deux autres limpeurs et je retourne , je décide de relancer à 1000 comme j’ai fait plusieurs fois avant pour « punir » les limpeurs. Et là, pour la première fois, je me fais revenir dessus à 4000. Les limpeurs foldent, et je ne sais vraiment pas quoi faire. J’hésite entre deux choses : soit il pense que je vole parce que j’ai fait ça plusieurs fois auparavant, soit il a les as. Pas vraiment décidé à voir un flop, et conscient du danger si je touche seulement une paire, je décide de folder à regrets ma main.

Une autre main étrange intervient peu après. Je suis de SB et décide de compléter avec . On est six à voir le flop . Je checke, espérant qu’un des six a trouvé quelque chose et mise. Mais tout le monde checke et la turn annihile tous mes espoirs. Le rend possible la quinte avec juste le valet, autant dire que sur six joueurs, c’est fort probable. Je checke et encore une fois tout le monde checke. Un peu désarçonné, mais convaincu de ne gagner que si un magique 9 ou 10 tombe à la river, je checke encore quand sort le . Et là, finalement, deux joueurs vont partager avec la quinte dont Piepieff avec . Je n’ai pas trop compris sa manière de joueur la main, et je me demande encore ce que j’aurais du faire au flop, s’il existait une manière de gagner le coup. Mais avec les valets et un tirage open-ended, c’est évident qu’il aurait suivi toute mise. Je m’en sors pas si mal sur le coup, ayant préservé mon tapis à force de précautions.

Blindes 200-400 – Stack 53500 – PoKR1 in love with Anna Kournikova

Après une relance de Piepeff UTG+2 à 1200, je trouve au Hi-Jack et décide de surrelancer une nouvelle fois à 5000, continuant de ne pas slowplayer mes grosses mains. Il me paye. Il checke le flop . Je suis sûr qu’il n’a pas touché et, après son check, je décide de cbet ce flop à 1/2 pot pour ne pas le laisser toucher un A ou un K probable dans sa range, et espérant qu’il me relance avec une petite paire. Malheureusement, il folde après une longue réflexion. Je ne sais pas trop ce qu’il couche là, peut-être une paire de 5 ou de 6. Ce coup gonfle mon stack et me donne le plein de confiance.

Sans avoir une réelle avance, je fais partie des gros tapis de la table, ce qui me fait commettre une erreur tout de suite après. Après 4 limpeurs, je décide de payer au bouton avec , sans doute un peu frustré de voir plusieurs flops favorables alors que j’avais couché mes mains et également confiant sur mon jeu post-flop. Ce flop se dévoile. . PoKR1 situé UTG, attaque ce flop à 1100. Ca folde jusqu’à moi. Bon, là, en tant que limpeur, il peut avoir n’importe quoi. Il a limpé UTG, et je décide de juste payer avec mon tirage coeur. Je le sais un peu en tilt après avoir perdu plusieurs gros coups avec des mains décentes (dont un coup bizarre où il 4-bet/fold avec AK). Je décide donc de juste payer car il possède un petit tapis de 20000 et je ne veux pas qu’il m’envoie la boîte. La turn est une belle carte pour ma main, le  qui me donne cette fois double tirage quinte également. Là, il place une deuxième cartouche à 3500. Je peux relancer, mais je ne vois aucune fold equity dans mon move, sachant qu’il a déjà probablement brelan ou deux paires. Je vois également la possibilité qu’il ait AK, même si le limp UTG me semble étrange avec cette main. Quoiqu’il en soit, je paye, bien décidé à trouver un de mes 15 outs à la river.  Malheureusement, c’est le  qui arrive. Après un temps de réflexion, je me dis que je ne peux pas check/fold et que je dois tenter de m’emparer de ce pot. Il lui reste 15K et la meilleure option me semble être de placer une mise qui ressemble à un value bet cherchant à se faire payer. Je mise donc 6350 et provoque chez Erwan une intense réflexion qui me fait comprendre qu’il a AK. C’est juste le genre de mains que je peux à mon avis faire folder. Malheureusement, sans doute frustré par tous les coups précédents perdus et lucide sur ma line, il effectue un bon call et retourne en effet . J’estime avoir joué le coup qu’il fallait pour tenter de gagner ce pot à la river, même si j’aurais pu balancer aussi tapis en overbet, ce qui m’a effleuré l’esprit mais semblait bien moins approprié. Bravo à PoKR1 pour ce call. La bonne nouvelle c’est que j’ai muck ma main et que personne n’a vu que j’étais rentré avec T6. La mauvaise, c’est que je viens de perdre plus de 10K sur ce coup. Il va falloir repartir au combat !!

Blindes 300-600 – Stack 42000 – Tapis fondant

Ce coup contre PoKR1 me fait pas mal gamberger même si mon tapis reste plus que confortable. Les antes n’ont pas encore pointé le bout de leur nez et j’essaie de continuer à jouer plutôt tight. Je ne vois pas grand chose pendant ce niveau si ce n’est une paire de 77 que je joue contre mon voisin de gauche Rirou. Je perds 4500 sur ce coup en essayant de voler le pot sur Q95. Il me paye et donk la turn 5. Je folde sans hésitation, parce qu’il a vraiment un profil de joueur serré.  Je commence à perdre pas mal de coups, investis quelques jetons en limpant, mais ne parvient pas à prendre un coup pendant le niveau.

Blindes 300-600 Antes 50 – Stack 36000 – Borderline Rirou

Alors que les antes font leur apparition, je décide de relancer au cut-off à 2000 avec . Rirou me paye au bouton. Le flop arrive . Un bon flop pour faire un continuation bet, mais bien sûr, je ne le fais pas parce que la confiance est au plus bas et que je ne souhaite pas perdre encore un coût couteux. Je checke et il checke derrière. La turn arrive. Un autre . J’attaque alors la turn à 3000 me disant que je vais lui faire folder toutes ses petites paires et sans doute KQ, peut-être également ses Ax. A mon grand étonnement, il call ma mise. je ne sais pas vraiment où le situer, peut-être le 9. Sur la river, le , à priori une brique, je checke, décidé à payer si Rirou tente de me bluffer. Et là, il met 1500, dans un pot qui avoisine les 10K, soit un blocking bet avec un 9 soit un bluff de fish. Je ne comprends rien à cette mise et décide de payer, fidèle à ma décision prise à la turn d’être devant. Je call et il abat pour un full touché à la river. Je n’en reviens pas de ce coup, m’étonne vraiment de la line adoptée par Rirou, je suis vraiment dégoûté qu’il touche sa carte miraculeuse à la river et surtout j’ai du mal à comprendre sa stratégie sur cette main. Si tu passes par là, Rirou, explique moi un peu ton raisonnement. Quoiqu’il en soit, ce coup me mine vraiment le moral. Je vois également mon pote Trogloelie buster avec full vs carré, et commence à traverser un véritable désert de cartes, lui demandant presque de m’attendre pour que je ne rentre pas tout seul vers Paris, la queue entre les jambes comme un malheureux.

Blindes 400-800 Antes 50 – Stack 23000 – Card Dead Like Me

Le désert. Pas d’oasis à l’horizon. Je ne vois plus aucune main, sans doute puni d’avoir touché autant de gros jeux dans les premiers niveaux. J’aurais bien aimé inverser cette tendance, recevoir à ce moment-là des paires servies ou autres big slick, mais rien, le néant. J’essaie néanmoins de voir quelques flops, mais je vois mon stack diminuer comme peau de chagrin. Je descends sous les 20K et commence à me dire pour la première fois que je vais push à la moindre occasion, un peu en tilt et ne prenant plus spécialement de plaisir à jouer. J’adopte une stratégie inhabituelle pour moi afin de me calmer, la musique, préférant m’isoler et ne pas écouter les commentaires des autres joueurs. La musique commence et je décide alors de m’accrocher. Je ne suis pas là pour abandonner. Même si je suis entouré de bons joueurs, je connais mon niveau et je n’ai pas à angoisser sur mes capacités.

Blindes 500-1000 Antes 100 – Stack 18500 – Le retour des flèches d’argent

La main juste avant que notre table casse, je suis engagé dans le coup qui va soudainement me remonter le moral. Je découvre une nouvelle fois et vérifie bien deux fois ma main. Mon iPhone me crie de gagner ce coup. Ma chanson du moment me pousse à trouver la meilleure méthode pour doubler mon tapis avec cette main. The Xx sifflent à mon oreille leur complainte épurée, le rythme m’accompagne pour effectuer ma relance à 3000, payée uniquement par la serrure de la table. Je suis plutôt en confiance. Il ne joue que des mains qui seront bien désavantagées par rapport à mes as. Le flop arrive. !! Divin ! Je remarque un tell chez lui me montrant que ce flop lui plaît au moins autant qu’à moi. S’il savait !! Je mise petit : 3000, espérant le voir relancer. Ca ne manque pas, il met 15000, me poussant à tapis. Je paye debout sur la table. Il abat rapidement, persuadé d’avoir la main gagnante. J’abat rapidement mes flèches, et double à 40K, sans souffrir. Je me remobilise. Le tournoi n’est pas fini. Je suis de retour.

Blindes 600-1200 Antes 100 – Stack 40000 – Table de Oufs !!

Je rejoins donc une nouvelle table, où je ne connais que Bastos et Verdojos. Cette table est très différente de la précédente, beaucoup plus loose, avec notamment Bastos qui met l’ambiance à base de all ins récurrents. A ce moment, je me dis vraiment qu’il ne va pas tenir longtemps. Il fait des moves vraiment borderline mais a une sorte d’ange gardien qui l’accompagne, l’ange de Moissy qui le suit paraît-il depuis très longtemps. Je ne dispute pas vraiment de coups importants à cette table, hormis un petit coup joué avec que je gagne sur un baby flop en effectuant un continuation bet respecté. J’assiste à plusieurs coin flips et commence à comprendre que je vais bientôt devoir pousser mes jetons au milieu et prier pour que les coin flips passent.

Blindes 1200-2400 Antes 200 – Stack 50000 – Dathuy le respectable

Pas le temps d’apprécier cette table, je suis à nouveau déplacé pour rejoindre une table en compagnie de Tounsi et Dathuy qui ont tous deux des gros tapis et qui me semblent très forts. Je vais disputer quasiment tous mes coups à cette table contre Dathuy. J’en espérais pas tant, le considérant comme l’un des plus dangereux. Mais, successivement, j’ai joué de nombreux coups contre mes voisins de gauche, et je constate d’ailleurs que j’ai perdu pas mal de coups en combat de blindes, d’abord contre Rirou, puis contre Dathuy et enfin contre Bastos en table finale. Mais revenons à cette table. Le premier coup que je joue contre Dathuy, je suis de SB avec . Je décide de tenter de voler sa blinde. Ne connaissant pas trop le jeu avec antes (à l’époque où je jouais des MTTs sur Ongame, les antes n’étaient pas encore là et Guignol se faisait constamment chambrer à ce sujet !), j’estime qu’il me faut gagner un coup par orbite. Je constate également l’étendue des dégâts sur mon stack provoqués par ces maudites antes. Comprenant mon manège, Dathuy ne se laisse pas faire et paie ma relance à 5000. Le flop se dévoile et même si je pense qu’il a pas mal touché la range de Dathuy, je décide d’effectuer un c-bet à 7000. Dathuy ne se démonte pas et m’envoie 20000. Avec mon tapis ridicule, je n’ai quasiment aucune chance de le faire folder et ce serait du suicide que de m’aventurer dans un 4-bet donc je folde, bien dégoûté d’avoir investi autant avec cette poubelle. J’aurais dû m’en souvenir, je ferais la même erreur un peu plus tard.

Blindes 1500-3000 Antes 300 – Stack 25000 – Zone Rouge

Bien amoindri par ce coup perdu et par un nouveau désert de cartes synonymes de grignotages de tapis par les antes, je décide de me replonger dans la musique. Je ne suis pas superstitieux, mais je remets le même groupe, et sur la même chanson, « Crystalised » de The Xx, je prends mon courage à deux mains et décide de pousser mes 7BB restantes avec au cut-off. Je suis payé dans la seconde par Dathuy qui abat . Curieusement, je suis plutôt calme et surtout heureux d’être tombé contre cette main. Finalement, j’ai deux cartes vivantes, je n’en demandait pas tant ! L’apparition du  au flop me rassure, l’ à la turn ne m’émeut pas plus que ça. Je ne sais pas pourquoi, je suis étrangement calme, persuadé que je ne peux pas sortir sur cette main. La river m’amène le libérateur qui m’était promis et je double à 50K. Pas de quoi jubiler, mais tout est encore possible !

Blindes 2000-4000 Antes 500 – Stack 45000 – Combat de Flushs

C’est alors que je dispute sans doute le coup le plus intéressant de mon tournoi, encore une fois contre Dathuy. Je suis de BB à 4000. Il limpe UTG et tout le monde folde, sans doute effrayés par cette mise inhabituelle de Dathuy. Je suis relativement content de découvrir un flop gratuitement. Ca devient rare avec la taille actuelle des blindes. J’ai . Le flop arrive . Un beau flop que je décide de checker, bien décidé à check-raiser fort Dathuy avec mon tirage carreau. Il checke behind. La turn est belle pour moi car elle me donne maintenant la quinte en plus de mon flush draw presque max. J’attaque alors à 7000. Dathuy me paye un peu à reculons, embêté par ma mise et cherchant probablement sa couleur. La river tombe, le . Et là, considérant la taille de mon tapis, je me demande vraiment quoi faire. Je veux le pousser à me bluffer puisque je suis persuadé qu’il ne va pas abandonner le coup, mais je me méfie cependant de l’as de carreau. Et là, il avance 15000 au milieu, serein. je l’observe pendant de longues minutes, jusqu’à ce qu’un joueur demande le time. J’essaie de questionner Dathuy qui reste de marbre. Je fais mon Daniel Negreanu en cherchant à savoir s’il a limpé les as. En fait, à ce moment, je suis vraiment sûr à 90% qu’il a les as avec l’. Il adopte vraiment une belle Poker Face et j’opte finalement pour un call, pourtant sûr de moi mais ne pouvant me résigner à passer la deuxième flush. Comme convenu, il abat la flush max avec les as, je mucke en lui annonçant que je mucke la deuxième flush et perds un très gros pot par rapport à mon tapis. Cependant, même si j’ai peut-être mal joué le coup, je ne suis pas anéanti par ce mauvais coup. Je deviens très short stack avec juste 4 blindes que j’engage avec sur un raise du bouton, un joueur assez large qui ne choisit pas très bien ses spots. Il me paye avec et je double mon tapis pour repasser à un peu moins de 50K, toujours pas sorti de la zone dangereuse, mais avec encore un peu d’espoir en mes chances, d’autant qu’on n’est plus que 19 restants.

Blindes 4000-8000 Antes 1000 – Stack 42000 – Push or Fold ?

Je rejoins donc une nouvelle table et passe quelques mains à folder par manque de munitions. J’apprends alors que je fais partie des trois restants du last longer et accepte un deal où l’on partage les gains. J’ai d’ores et déjà remboursé mon inscription. Un peu soulagé par cette nouvelle, je décide qu’il est grand temps de s’activer et de voler des blindes et antes pour se constituer un tapis pour la table finale. Je vole pas mal de coups preflop en adoptant une stratégie basique de SnG, push or fold. J’ouvre à tapis avec des mains légitimes comme AT, KQ ou JT. Après un tapis en MP avec 55 qui passe, je reçois et décide de shove encore une fois. Visiblement énervé et décidé à tenter un coin flip, je suis payé par (par un joueur dont je ne connais pas le pseudo). La cote semble attirer Dou Geger  mais heureusement il folde son A9. Mes valets tiennent et me voilà pour la première fois au-dessus de la barre des 100K.

Blindes 5000-10000 Antes 1500 – Stack 110000 – Bubble Time

La table finale se rapproche. Les éliminations se succèdent. Courageusement, je décide d’agresser cette bulle. Je n’ai pas forcément les jetons pour, mais je profite de situations idéales pour voler blindes et antes pendant que l’autre table se vide de ses joueurs. Avec des mains très moyennes comme K2, T7 ou 22, je prends quelques coups pour me maintenir à flots. Je ne souffre pas de la bulle puisque le main par main ne dure pas très longtemps. Seb73 se charge d’être le bubble boy. Il racontera peut-être sa sortie dans une prochaine vidéo pour le CP, allez savoir ! En tout cas, il sort avec KT face à AA, en combat de blindes, un coup inévitable à ce moment du tournoi.

Blindes 6000-12000 Antes 1500 – Stack 160000 – Table Finale One Time !

Bienvenue à la table finale. Je suis super heureux de faire partie des heureux élus de la table finale pour mon premier Moissy. Je n’ai pas forcément beaucoup chatté, je me suis accroché du mieux que j’ai pu. J’ai été solide et patient, j’ai sans doute mal joué quelques coups, mais j’espère ne pas avoir été trop weak, ce qui est tout de même mon principal défaut en tournoi multitables. Le jeu se resserre en ce début de table finale. Personne ne souhaite sortir. Hormis la première main de la TF, où je prends blindes et antes avec , je suis card dead et ne peut qu’observer les joueurs. On trouve dans l’ordre des positions à la table JPP, Bastosweb, Tawpaipai, Rirou, Tounsi, Dathuy, Catlover, Toto, Davidm et moi. En terme de stack, il est clair que Bastos est loin devant, on compte quelques gros tapis et deux ou trois short stack, dont je fais partie, d’autant que je me fais méchamment manger par les antes.

Blindes 8000-16000 Antes 2000 – Stack 120000 – Sorry Tawpaipai

Après la sortie de JPP, je me retrouve officiellement short stack de la table et décide de push mes 120K en MP avec . J’ai moins de 10BB et il y a déjà plus de 40K au milieu que je suis obligé de tenter de prendre. Malheureusement, je suis payé par Tawpaipai qui est loin devant avec. Comme je suis un gros chattard, je fais quinte après avoir bien eu peur de sortir en voyant le comme première carte du flop. Ce coup me propulse à 300K, précisément à la moyenne. Peut-on aller loin dans un tournoi sans être chanceux sur un coup ? Peut-être, mais que celui qui n’a jamais mis de suckout me jette la première pierre ! Quoiqu’il en soit, ce coup chanceux me permet d’attendre et de voir venir. Un peu d’air dans cette fin de tournoi difficile où, malgré la beauté de la structure, cela devenait dur de résister à l’acharnement des antes. Au lieu de me calmer, ce niveau m’a vu spew mes chips contre Bastos, encore une fois en bataille de blindes. Je m’étais pourtant juré de jouer armé contre lui, le considérant vraiment comme dangereux et surtout imprévisible. Je perds quasiment 150K en deux coups contre lui et me retrouve donc à nouveau short alors que les blindes vont une nouvelle fois augmenter.

Blindes 10000-20000 Antes 2000 – Stack 135000 – Le Push de trop contre Bastos

Après la sortie de Tawpaipai, mais également de Dathuy, victime de l’inévitable Bastos, je réussis à voler un ou deux coups pour me maintenir à flots, puis je décide d’envoyer mes 6BB à la moindre main décente. UTG, je reçois et décide que c’est un push automatique. C’est le genre de main où on y va à reculons, mais où si on n’y va pas, on regrettera toujours de ne pas avoir osé après avoir été dévoré par la structure. J’entends instantanément tapis derrière moi et comprends très vite qu’il va me falloir chatter. Et devinez qui a trouvé une grosse main ? Bastos, évidemment !! Il dévoile , et après un flop sans trop de suspense, je sors 7ème, un peu déçu mais très heureux d’avoir été aussi loin. La suite de la TF verra la domination écrasante de Bastos, considérablement aidé par son monstrueux tapis, qui sortira un à un quasiment tous les joueurs restants.
Je tiens à féliciter tous les joueurs de la Table Finale, et également ceux que j’ai pu croiser aux tables (notamment les petits gars de la Newteam !), mais surtout un grand merci à Gégé pour l’organisation et à JP pour l’accueil, les petits fours et le dessert glacé, et un spécial big-up à Catlover pour la visite de l’A86 en compagnie du vainqueur.

Ce fut un tournoi magnifique, mené de main de maître, avec une structure vraiment incroyable et des joueurs de très bon niveau. J’espère ne pas vous avoir trop saoulé avec ce compte-rendu qui je l’espère n’est pas trop indigeste. Je vous assure que la prochaine fois, si je suis encore le bienvenu, j’essaierais de perdre plus vite et vous épargnerais donc le détails de tous mes coups de Poker. Si des joueurs ont envie de commenter certaines de mes actions, n’hésitez pas. Je sais que Viet le fera, et j’attends avec impatience son analyse sur les premières mains du tournoi. A bientôt et GL aux tables, qu’elles soient online ou live.

4 commentaires

  1. Xmoon1 said,

    juste pour te féliciter pour ton CR! juste impecable,que ce soit dans le detail des coups joués ou dans tes reflexions!

    je ne commenterai pas car je suis au taf donc bon,on va rester serieux quand même!;)

    a + et GG a toi pour ta 7ème place!;)

    Xmoon1

  2. petit poisson chat said,

    nice one sir
    vraiment super compte-rendu !
    impeccable. continue comme ça, c’est passionnant.

    le seul coup que je ne comprends pas, c’est le check behind des AA sur flop monocolor avec l’AS de carreau. je l’aurais jamais mis sur les AS à ce moment là (et c’est bien vu de l’avoir fait d’ailleurs, et moins bien d’avoir quand même payé), car j’aurais pensé que ce joueur aurait toujours misé l’AS de carreau.
    est-ce standard ? suis-je fou ?

    • vickpocket said,

      En fait, sur ce coup contre Dathuy, je me dis qu’il a les as lorsqu’il fait son value bet à la river. Je me refais le coup dans ma tête, me dit qu’il n’a pas voulu attaquer son draw, notamment parce qu’il avait limpé preflop et qu’il voulais garder le pot petit.
      Après, ce qui me fait imaginer les as dans ses mains, c’est surtout son limp préflop. En gros, c’est très étonnant de sa part qu’il limpe (c’est la première fois qu’il le fait en tout cas) et du coup, je n’imagine que les as entre ses mains lorsqu’il effectue son value bet sur un board avec 4 carreaux. Mais bon, si j’avais été vraiment sûr à 100%, je n’aurais pas payé. C’est parce qu’il me restait ce léger doute sur sa main que j’ai effectué ce call.

      • petit poisson chat said,

        mais pkoi checke behing avec AA dont un carreau sur un flop tout à carreau, qui de plus est assez drawy ?
        je trouve que ça n’a aucun sens…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :