FKPT 13 Mars : la wiiiiiiiin !

14 mars 2010 at 22:35 (Compte-Rendus)

Quoi de mieux en période de manque qu’une petite partie de Poker entre amis ? Pour la troisième fois, j’allais disputer le FKPT, un tournoi organisé par notre parrain à tous, FK, et son acolyte Cremolol, scénariste en herbe et serrurier de profession. J’avais réussi à traîner mon pote Elie, lui faisant lâcher son rêve de X-Series l’espace d’un petit tournoi live sympathique.
Comme à chaque fois ici, l’accueil fut vraiment chaleureux, l’ambiance conviviale, les cosmopolitans délicieux et les hot-dogs … moutardés. Pour un 13 mars, on était 13 joueurs à s’affronter. Comme c’était la journée de toutes les superstitions, j’avais enfilé mon t-shirt « Tilt » pour bien montrer à tout le monde que j’étais dans une phase de spew intensif et qu’il fallait juste attendre sagement pour prendre mes chips.

Le tournoi pouvait commencer. On avait chacun 6000 jetons au départ, avec possibilité de recaver pendant 4 niveaux. Les blindes commençaient à 25-25 et les niveaux duraient 20 minutes. Je n’avais pas hérité de la meilleure place à la table, vu que Elie se trouvait juste à ma gauche, et allait sans doute surrelancer mes ouvertures juste pour m’emmerder. Après avoir foldé quasiment toutes mes mains lors du premier niveau, je joue enfin une main quand je raise du Cut-off à 150 avec , payé juste par Elie au Bouton. Le flop arrive . Je c-bet à 200, payé par Elie que je vois à ce moment-là sur deux grosses cartes. C’est bien le genre à tenter un floating en espérant m’outplay à la turn. La turn est une carte pas mal pour moi, puisque le m’ouvre également le tirage max à pique. Je décide de continuer mon agression à la turn, en misant 400, mais provoque un fold d’Elie. Je ne sais pas vraiment si je dois être heureux de cette main, peut-être aurais-je du me montrer un peu plus créatif à la turn, pour gagner un peu plus ?

Quoiqu’il en soit, mon tournoi est lancé. J’adopte une stratégie assez conservatrice, plutôt tight comme à mon habitude et préfère voir des flops pour pas cher. Je me retrouve dans un pot limpé à trois joueurs avec en position de SB et découvre un flop plutôt sympathique. Là, Medhi attaque le flop à 200. Ne connaissant pas du tout ce joueur, je décide de juste payer car je n’aime pas trop engager beaucoup de jetons sur ce genre de tirage contre un joueur imprévisible. La turn est magique, puisqu’elle me donne la couleur max. Je checke en espérant qu’il envoie une deuxième cartouche, mais malheureusement, il checke également. La river me pousse à tenter un value bet à 600 qui ne se fait pas payer. Dommage ! Après plusieurs coups où je continue d’adopter un style très tight, pendant le niveau 50-100, je décide de relancer du bouton à 250 avec . Je suis aussitôt surrelancé à 600 par Elie en SB. Là, j’hésite pas mal parce que c’est lui et que je sais qu’il peut vouloir m’embêter en me 3-bettant à chaque main décente. Je finis par folder, sans doute un peu weak, mais il me montre les as. J’ai l’information que je voulais. La prochaine, je 4-bet !!

Je perds quelques petits coups sur des c-bet qui ne passent pas, une fois avec AQ sur un flop J88 où je folde sur une relance. Je passe un bluff sympa sur Nicolas avec AK sur un baby flop puis je me retrouve une nouvelle fois contre Elie dans un pot que je vais très mal jouer. Sur des blindes 75-150, je relance du bouton avec à 300 payé par Elie en SB. Le flop tombe . Un flop pas si mal pour tenter un bet mais je décide de checker. Elie checke également. Sur la turn , je décide d’attaquer le coup à 500, pensant que je peux représenter l’as assez logiquement et maintenant fort d’un double-tirage quinte. Elie insta-call. Je ne suis pas très rassuré et espère vraiment toucher à la river. Le tombe à la river. Très mauvaise carte pour bluffer. Je regarde à nouveau mes cartes et découvre , remarquant donc que je venais de faire une erreur de débutant en lisant mal ma main. Je m’en veux à mort et tente un bluff désespéré à 600 qui ne passe pas, car je suis payé par . Je me refais le coup dans ma tête, et il est clair à ce moment-là que je le joue très différemment si je sais que j’ai deux cartes suitées. J’attaque forcément le flop avec cette main et évite ainsi de perdre beaucoup dans cette confrontation. Je prends un petit coup au moral, me dit que ça reflète un peu mon état d’esprit par rapport au Poker en ce moment. Lassitude, manque d’envie… du coup, l’imprécision domine et les erreurs s’accumulent.

Alors que la période de recave se termine, ces petits coups perdus ainsi que le mauvais coup contre Elie m’ont fait descendre à 3700. Je prends l’addon et me retrouve avec un stack un peu ridicule de 6700, très petit par rapport à certains qui sont déjà à 15000. Et encore, il semble que sur l’autre table, des gros stacks se soient également constitués.

Après une petite pause salvatrice agrémentée de cocktails et de macarons, nous prenons place pour la suite de la partie. Maintenant, plus le choix, il va falloir faire bouger les jetons et surtout essayer de gagner des pots. Je joue un coup assez intéressant contre Nicolas où j’effectue un call un peu difficile sur la river avec sur un board . Il se trouve que je joue contre et gagne un petit pot sympathique. Elie quant à lui continue de monter des jetons, élimine Soiliho et commence à prendre le pouvoir sur la table. Je me fais tout petit, attendant mon heure, pas très aidé par les cartes depuis le début du tournoi. Puis, je lui prends successivement deux pots, un où je calle de BB avec une agression de sa part à 750 UTG sur des blindes 150-300. Le flop tombe . Je checke, décidé à payer le continuation bet. Oh surprise, il checke également, ce qui me pousse à attaquer la turn, une doublette du 3. Il folde après une longue réflexion.

Bon, je ne gagne aucun gros coup, et continue à stagner aux alentours des 7000 quand je reçois en SB sur des blindes déjà énormes de 200-400. J’ai déjà moins de quinze blindes mais décide de compléter à 400 dans un pot à trois joueurs. Sur un flop , je décide de donk-bet à 500, espérant prendre le coup tout de suite. Elie semble embêté et call simplement. La turn arrive et me pousse à checker mon brelan de 5. Comme prévu, Elie mise alors, 850, que je décide de check-raiser à 2500, m’impliquant désormais complètement dans le coup puisqu’il ne me reste que 3200 derrière. Il paye. La river fait rentrer la couleur et également la quinte avec 68. Assurément pas une bonne carte. J’hésite vraiment à pousser mon tapis mais j’ai l’impression que je ne serais payé que par mieux. Surtout, j’éprouve de grandes difficultés à placer Elie sur une main. Du coup, d’une manière un peu curieuse, je checke, décidé tout de même à payer s’il push. Il checke également et abat . Je regrette forcément de ne pas avoir osé pousser mon tapis à la river, mais il m’avouera après qu’il aurait peut-être folder. J’avoue que je suis sceptique et je pense vraiment que j’ai perdu beaucoup de value en décidant de checker à la river.

Malheureusement, je reperds quasiment tous les jetons gagnés sur ce coup dès la main suivante que je joue contre Nico. Un coup un peu étrange, où je tente de voler les blindes avec A5, où je trouve un tirage flush qui ne rentre pas, un coup qui me fait perdre quasiment 3000. Faut dire qu’on était en short-handed et qu’il fallait absolument que je gagne quelques coups pour me maintenir à flots.

Nous ne sommes alors plus que 8 joueurs, après les éliminations successives de Nicolas le gambleur et de Medhi, nous nous retrouvons donc sur la grande table. C’est donc la table finale et je suis officiellement, et de loin, le short stack de la table avec 8000 alors que les blindes sont passées à 300/600. Pas beaucoup plus que 10 blindes, il va falloir s’engager ! Après avoir passé une orbite à folder toutes mes poubelles, je reçois finalement une main jouable en BB avec . Fred relance UTG à 2000 sur des blindes 400-800, payé uniquement par Claude au Cut-off. Je prends pas plus de cinq secondes pour envoyer mon tapis de 7500. Très longue réflexion de Fred qui finit par folder , sans doute persuadé que j’étais sur une paire plus grosse. Claude folde également et je prends plus de 5000 sur le coup. Un grand bol d’air pour mon tapis !

Arrive alors un coup déterminant. Une orbite plus tard, je suis à nouveau en BB et je reçois . Nico relance à 2000 sur des blindes 500-1000, payé à nouveau par Claude. J’hésite à envoyer mon tapis, mais estime que j’ai juste ce qu’il faut dans mon tapis pour setminer et opte donc pour un call. Et là, le flop apparaît : . Bingo ! Je dois absolument doubler sur ce coup. Il ne s’agit pas de prendre un petit pot, je veux tout ! Je décide de checker, sûr à 99% qu’un des deux joueurs va miser. Nico mise 3000, Claude folde et je décide de faire un move assez étrange en check-raisant à 7000, me laissant juste 1400 derrière. En gros, je fais ce move pour l’inciter à tout mettre, sachant que ce n’est pas un joueur très expérimenté et qu’il ne va pas analyser ce play comme une information « j’ai le brelan ». Mon piège marche exactement comme prévu et il me met à tapis avant d’abattre . Ma main tient et Nico se retrouve juste avec quelques jetons devant lui. One chip and a chair ! Il réussira pourtant à sauver sa peau à de maintes reprises et finira par atteindre les places payées, après plusieurs beaux coups de chance.

Je passe donc à plus de 20K grâce à ce coup, pas vraiment confortable par rapport à la taille des blindes, mais tout de même parmi les plus gros tapis à 6 joueurs restants. J’essaie de mettre un peu la pression en relançant successivement plusieurs mains avec succès puis me heurte une nouvelle fois à Elie sur un coup où je relance UTG à 3500 sur des blindes 800-1600 avec . Elie réfléchit et pousse son tapis de 30K. J’ai encore 20K et décide de passer. C’était une décision un peu difficile mais il y avait tellement de mains qui me dominent que je n’ai pu me décider à payer son tapis. Il m’avouera avoir , me rassurant complètement sur ma décision de folder.

On est encore six en jeu après la sortie de Florence et de Frédéric. Les blindes deviennent énormes (1500-3000) et mon tapis a pas mal fondu notamment après un coup mal joué de ma part contre Guillaume avec QJ sur un flop A66. Tombé à 4 blindes après ce coup, je découvre au bouton. Après un limp UTG et un min-raise de l’autre Nicolas, joueur pas très expérimenté, je décide de gambler avec ma pocket paire et de pousser mon tapis de 12000. A ma grande surprise, tout le monde folde, même Nicolas alors qu’il a engagé la moitié de son tapis. Je n’en reviens pas et accepte la livraison qui me fait à nouveau revenir dans la course. Les éliminations se succèdent alors, avec d’abord la sortie de Claude, puis celle de Guillaume après un call osé d’Elie, puis c’est au tour de Nicolas de buster après s’être laissé manger par les blindes.

Nous sommes alors ITM et je vais faire mon premier suckout du tournoi. On dit bien qu’il faut chatter pour gagner un tournoi ! On ne peut pas dire que Nico n’avait pas eu sa dose de chatte jusqu’à maintenant, passant très proche de l’élimination, notamment sur un coup all-in preflop où il a 55 et joue contre 66 et AK. Il trouve finalement une quinte et triple son tapis. Donc, sur des blindes 2000-4000, alors que je n’ai plus que 20000, Nico limp UTG et je décide de shove avec . Je suis payé par et trouve un 9 au flop. Je mets un gros coup à son tapis et il finit par buster 2ème, éliminé par Elie avec KK.

On se retrouve donc en heads up avec Elie, on se met d’accord sur un petit deal, pour atténuer l’écart de prix. Je suis pas très chaud pour disputer un coin flip à 80 euros, et même si les joueurs présents ont du mal à accepter cette décision, parce qu’ils voulaient « du sang ! », je pense que c’est plutôt logique avec des blindes aussi élevées qu’on essaie de lisser un peu le prize-pool. Après plusieurs coups sans grand intérêt, je relance à 12K avec , et Elie pousse son tapis. Je paye debout sur la table et suis bien devant son . Ma main tient et Elie à tombe à 1500 sur des blindes maintenant à 3000/6000 alors que pour ma part, j’ai dépassé les 80K. Par je ne sais quel miracle, Elie va doubler 4 fois de suite, et parvenir à revenir quasiment à égalité avec moi. Rien n’est jamais fini au Poker, et les double-up avec des blindes aussi élevées peuvent vite changer une situation idéale en cauchemar.

La main finale se déroulera aux blindes 3000-6000. je décide de min-raise avec , espérant attirer un Elie plutôt agressif dans le piège. Il décide de juste payer. On découvre un flop qui ne me réjouit pas des masses et qui me pousse à checker après le check d’Elie. Je n’ai aucune idée de la main qu’il peut avoir à ce moment-là. Aussi, quand il fait tapis sur la turn , je ne sais plus vraiment quoi faire. Mais je ne peux décemment pas folder. Sa mise n’a pas vraiment de sens avec un as et je sais qu’il peut se sentir fort avec une paire car on est en tête à tête. Ma main me semble quand même alors très forte et je décide donc de call. Good call puisqu’il montre un tirage flush avec en main. La river est une brique et je remporte donc ce tournoi.

Je suis très heureux de cette victoire qui a été acquise dans la douleur. Je n’ai pas très bien joué le début du tournoi, pas vraiment osé prendre de risques, ni tenté de moves ou de coups un peu tricky, mais j’ai eu le mérite de m’accrocher avec mon tapis oscillant entre 10 et 20 blindes jusqu’à la table finale où, vu la hauteur des blindes, tout était encore possible. Je tiens à féliciter Elie pour sa belle deuxième place et à remercier tout le monde pour cette belle partie très sympathique. Et encore un grand merci à Fred de nous accueillir aussi chaleureusement chez lui pour ces parties de poker endiablées.

Pour ceux qui ont eu le courage de lire ce compte-rendu, non, je ne vais pas replonger dans le Poker Online après cette belle victoire ! Je suis à nouveau déterminé à vivre de l’écriture, et si je parviens à éviter les bad beats, qui sait, j’arriverais peut-être à réaliser mon film sur le Poker…

8 commentaires

  1. petit poisson chat said,

    Pour la dernière main, c’est :Ah :Qh :6c puis :9d. J’ai le tirage dès le flop, je m’en souviens parce que j’hésite à envoyer tout de suite, optant finalement pour un check-raise (que tu me rends impossible en checkant derrière). J’aime bien l’option du check-raise, car je m’imagine que tu vas bet très souvent sans As, car tu le représentes facilement vu le déroulement du coup.

    En tout cas, très chouette compte-rendu encore une fois.
    Tiens bon

    • vickpocket said,

      Désolé pour l’erreur. Dur de tout noter, des fois, les couleurs de chaque carte, les tailles de mise, les positions. j’essaie d’être précis, mais bon, y a parfois des erreurs. Merci à toi.

  2. Big Dav said,

    Merci pour ce sympathique petit compte rendu de la soirée, M’sieur Victor !
    Encore une fois, nous fûmes royalement reçus par notre hôte Fred, et bien que nous ne soyons « que » 13, l’ambiance était bien chaleureuse (notamment grâce à la bonne idée des 2 tables dans la même pièce).

    Quant à moi, vainqueur du dernier tournoi, je fini sur une pitoyable 12ème ou 11ème place. Et encore une fois, sur un facheux bad beat : QQ vs ……..Q4. SIC !!
    Résumé du coup :
    Avec un tapis de 7325, je suis en SB à des blindes 200/400 sur la table de 7 personnes.
    Au bouton, Nico 2 limpe pour 400. Alors que je grognais jusqu’à présent sur notre dealeuse Flora pour les mains qu’elle m’avait servies, je découvre alors ces jolies Dames. Je décide donc de relancer à 1200. Nico 1 en BB se couche (et oui ça lui arrive parfois). Mais Nico 2 après une légère réflexion, calle.
    A ce moment là, je me dis qu’il doit au moins avoir une main valable vu que j’ai joué ultra tight jusqu’à présent, même si j’ai montré 10 minutes auparavant un bluff avec QJo sur un board rempli de petites cartes. Je mets donc Nico 2 sur un KJ ou une main de middle range (QJ, Q10, K9, J10 etc)
    Le flop tombe Kk6k5p.
    Si mon sentiment pre flop est le bon je suis mal, mais je dois tout de même savoir et je décide defaire un bet conséquent pour info. Je mise 2100 (avec 4 jetons de 25), ce qui laisse Nico 2 complètement perplexe. « Mais pourquoi tu fais ça ? » s’exclame t-il, avec un étonnement certain.
    Il ne comprend réellement pas mon move, mais décide malgré tout de payer.
    Au vu de ses interrogations prononcées et de son juste call, assez weak, je ne le vois désormais plus sur un Roi, et je suis donc selon moi, bien devant avec mes Dames.
    Le turn sort, et c’est le 8k.
    Il me reste 4025 chips et je me suis investi dans le coup conséquemment. De plus je pense doiner toutes le mains qu’il puisse avoir dans sa range dorénavant. Donc je shove !
    Et là, re-questionnement ultime d’un Nico, presque irrité par cette mise : « nan mais pourquoi tu fais ça, je ne comprends ! « . Après une réflexion de quelques secondes, il me calle, et montre ce fameux Qk4k, pour une flush.
    Dois je préciser que je suis assez dégouté de ce coup, que je trouve vraiment horrible ?

    D’autant que j’ai vu à la table finale de tournoi, une qualité de poker encore inégalée jusqu’à présent dans un FKPT. Messieurs le spectacle fut grandiose, malgré de faibles M pour tous les finalistes.
    Bravo à Victor et à Elie, mais aussi au phoenix Nico 3 qui renaissait sans cesse de ses chips, grâce à son fameux cri qui tue « Ouais, Papa,quinte !! ».

    Aller, mort aux bad beats et la prochaine fois je retrouverai la win attitude.

    Dav’

    • vickpocket said,

      Dommage pour toi cette main, mais si je peux me permettre, tu ne peux pas parler de bad beat dans ce cas là. Clairement, c’est profitable pour toi qu’un joueur jouent des mains aussi pourries que Q4. Sur cette main, tu fais à mon avis plusieurs erreurs. Déjà, preflop, je pense que tu peux mettre un peu plus, une mise de 1500 m’aurait paru plus standard, vu qu’il y avait déjà un limper dans le coup.
      Ensuite, si ton c-bet au flop se défend, ce flop est quand même assez dangereux pour ta main. Même si Nico n’est pas un fort joueur, son call aurait alors du t’alerter. Quand la flush rentre sur la turn, tu ne bats plus beaucoup de main. Un roi est tout de même très probable en face et tu ne peux pas écarter l’idée d’une flush chez Nico. Donc ton shove est vraiment trop dangereux. Pourquoi ne pas adopter une stratégie un peu plus conservatrice face à ce type de joueur ?
      Il me semble, peut-être à tort, que tu étais frustré par une succession de mauvaises mains et que tu es littéralement tombé amoureux de ta main. Je me trompe ?
      Même si tu te fais battre par une main qui te semble improbable (parce que son call est mauvais preflop), n’oublie pas que contre un bon joueur, tu aurais eu encore plus de chance de perdre ce coup à la turn.
      En tout cas, rassure-toi. Si ton adversaire te met une « horreur » comme celle-là, ça veut surtout dire que tu gagnerais la plupart du temps ces coups. Ca arrive même à Phil Ivey de perdre ce genre de coup !
      A la prochaine chez Fred en espérant te retrouver en table finale cette fois et bonne continuation aux tables online !

  3. Big Dav said,

    Oui ton analyse se défend Victor. J’étais en effet frustré de ne pas avoir eu de mains jusque là. De là à dire que j’en suis tombé amoureux, non. Je ne tombe jamais dans ce piège. Mais simplement il est clair que dans mon analyse, je ne sais pas très bien où situer Nico, sinon sur une main vraiment très faible (sur le flop). Et je n’ai pas tort il me semble. Mais c’est vrai que je suis souvent excédé par les maniaques de services et les calling stations. Voilà maintenant quelle technique adopter pour me mettre en tilt facilement la prochaine fois, lol.
    En fait, la plupart du temps (en live mais surtout online) je n’arrive jamais à croire que les donks soient aussi souvent récompensés.
    Tu n’étais pas là lors du FKPT de septembre dernier, mais je m’étais déjà fait bouffer les 3/4 de mon stack par un call horriblement monstrueux alors que j’avais floppé une flush.
    Donc à force, ça use.
    Et la différence entre le fait de jouer ce genre de joueurs et de jouer contre un bon joueur, c’est que je me méfie plus des bons joueurs, de leurs mises, de leur betting pattern, du choix de leurs mains, etc. Disons que la manière dont ils joueront me parlera plus.

    Sans transition, en ce moment je suis plutôt en bad run depuis 2 semaines online. Pas moyen de gagner le moindre sit n go. Oui je ne joue pas en cash game onlline, c’est pas pour moi.

    Aller à plus Victor (J’espère être là au prochain FKPT, mais si c’est le 17 avril, je ne pourrai alors pas)

    • cremolol said,

      He mais est ce que « Big Dav » ne cacherait pas le précédent vainqueur du FKPT?
      J’ai besoin de savoir : si tu fais le bilan online + live tu dois être largement positif non? Tant que tu joues avec l’argent des autres, c’est pas cher comme jeu et tant pis s’ils le récupérent de temps en temps sur des coups affreux.

  4. vickpockets said,

    Ah la la, Guillaume et son éternelle théorie de « l’argent des autres » !!! Vas-y David, donnes-nous ton pseudo online, Cremolol va te sharkscopiser !!

    • Big Dav said,

      Lol, sur Full Tilt (sur lequel je ne suis pas depuis longtemps), sur Pokertars et sur Winamax, mon pseudo est le même : bigdav01.
      Et si tu me Sharkscope, tu verras que mon ROI est affreux, mais que je suis normalement positif sur les 3 sites (de pas beaucoup).
      Mais peu importe, j’avoue être vraiment, mais alors vraiment las des lucky donks. A la longue ils perdent toujours,ok, mais ils gagnent en revanche toujours sur ma trogne, en chatant bien sûr. Online, et maintenant 2 fois de suite au FKPT (cette fois ci Nico et une autre fois contre Karima sur un coup horriblement joué par elle).
      Et franchement, le fait de jouer avec « l’argent des autres » ne me préoccupe pas plus que cela.
      Je ne suis franchement pas un mauvais joueur. Du moment que je sors sur un coup où je suis derrière,ou alors à un moment où les blindes nous bouffent, ok pas de souci. Mais quand un donk ne comprend rien et fait n’importe quoi, et chatte finalement, j’avoue, il n’y a rien de mieux pour me faire tilter.
      Parce que ça commence à devenir trop, beaucoup trop répétitif cette histoire.

      PS : même si c’est super agréable de gagner de la thune, ce que je veux avant tout c’est du beau jeu aux tables, pas du loto/bingo ! Sinon c’est pas la peine de jouer au POKER.
      Voilà c’est dit, lol.
      Aller à plus les gars

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :