Hand Challenge : I, Robot

16 août 2011 at 22:18 (Compte-Rendus)

J’avoue que je n’ai pas un volume de dingue sur ce blog, mais il m’est apparu intéressant de parler un peu d’un challenge que je viens de disputer sur Winamax – peut-être parce que sur ce challenge, au moins, j’ai atteint ce volume de dingue que je devrais essayer de mettre en pratique sur ce blog ! Rassurez-vous, je n’ai pas tenté un challenge 10€ to 100€ en un mois, il y en a déjà trop qui parle de ce genre de défis sur le forum Club Poker, mais j’ai pris part, sans le vouloir au départ, à un challenge qui est proposé par le site pour les joueurs qui disputent le plus de mains en une semaine, le Hand challenge.

Apéritif

Alors, le début de l’histoire, c’est d’abord une belle session à +8 caves chez mon ami Kinshu en NL100. Cela faisait un mois que je n’avais plus joué online, notamment parce qu’il y a eu l’épisode « Coverage du Main Event » pendant cette période. Comme ça, après deux ou trois belles sessions à Cadet où j’avais pris goût au jeu live en cercle, je me suis laissé tenter par une soirée grind entre couvreurs-gamblers, et ça m’a donc plutôt réussi. Six tables de NL100 pendant quatre heures de jeu, et un profit non négligeable de 800€. Plutôt intéressant comme retour au jeu online.

Je vous jure que je l'ai ouvert !

Le lendemain, je pars chez mes parents en province, dans le but de réécriture mon long-métrage. Vieux projet dont la première version a été écrite en 2006, « Feu ! » se trouve être dans la veine de mon court-métrage « En bas de l’échelle » et mon agent m’a encouragé à m’y remettre pour pouvoir présenter un « package » court+long à d’éventuels producteurs. Donc, j’étais prêt à gratter du papier, ou plutôt à pianoter des lignes de dialogues avec mes deux doigts. J’étais prêt à travailler comme un forcené, revoir complètement mon film, éliminer des personnages, trouver des tonnes d’idées, redonner de la force au récit, renforcer les personnages importants … Le premier jour, je commence à noter quelques idées, relire la version 2010 du projet (intitulé désormais « Les mains dans le cambouis ») et coller des post-its au mur pour visualiser le récit dans son ensemble.

Puis vient le soir … et l’appel du jeu. La tentation est trop forte et je m’accorde une pause bienvenue dans mon travail de scénariste esseulé en lançant une petite session sur Winamax. Et là, c’est le drame. On est mercredi soir, je fais une session catastrophique où je perds quasi l’intégralité de ce que j’avais gagné chez Kinshu, soit 750€. Je joue 4 ou 5 heures sur six tables et enchaîne les mauvaises rencontres. Mon jeu se dégrade, je tilte comme à mon habitude, pense remonter la pente à plusieurs reprises puis finit par m’écrouler et connaître l’une des pires sessions de ma vie. Je me couche en culpabilisant un max. J’étais venu pour jouer et voilà que je fixe le cashier de Winamax à 4h52 du matin, les yeux vides, alors que je m’étais juré de m’atteler très tôt le lendemain à mon scénario. Pari déjà perdu, je serai probablement incapable de me lever à 9h pour m’y mettre de bonne heure.

Le jeudi, pas de miracle, je me lève à 12h comme une merde, jette un petit coup d’oeil à mon scénario affiché sur le mur de ma chambre d’enfant, suis découragé d’avance, je mange un bout et j’arrive quand même à me motiver pour me mettre à l’ouvrage à partir de 15 heures. Je passe alors les quatre heures les plus improductives de ma jeune vie de scénariste. Je ne sais pas comment m’y prendre avec cette envie de tout bousculer mon projet, d’éliminer le premier rôle féminin, de tout repenser d’une nouvelle manière. Bref, je m’enlise.

Comble de l’ironie, je repense beaucoup à cette nuit de poker perdante où je sais que j’ai tilté pour arriver à perdre autant. Et les deux responsables de ce tilt sont deux regs de Winamax dont le jeu m’a poussé à tenter des trucs un peu débiles. Le premier, c’est « Stackoff », joueur hyper-aggro que j’avais déjà rencontré sur un Partouche Poker Deepstack (à Forges, il me semble), et qui me 3-bettait quasiment 100%. Au bout d’un moment, je me suis décidé à faire ce que « Artplay » s’escrime à me faire faire depuis longtemps : 4-bet light. C’était devenu nécessaire, il m’a semblé. Sauf que je me suis pris pas mal de 5-bet shove dans la gueule. Et vu sa fréquence de 5-bet, c’était une évidence qu’il ne faisait pas ça qu’avec des premiums ! Je me suis donc mis à call des 5-bet shove avec A7, KQ et autres. Bref, c’était plus le même tapis_volant. Bon, en gros, j’ai lâché pas mal d’euros dans l’affaire. L’autre joueur qui m’a mis bien en tilt ce soir-là, c’est un joueur que je n’avais jamais vu en cash sur Wina mais qui est un reg de MTTs, à savoir Manu13k. Il m’a bien pourri la vie ce soir-là également et m’a poussé à faire des erreurs bien tiltantes comme payer un 5-bet shove avec Q9dd (par dépit) alors qu’il était light avec K2dd. Bref, ces deux joueurs m’ont pris deux ou trois caves chacun ce soir-là et m’ont surtout conduit à tilter gravement. Je développerais cela un peu plus au cours de ce billet, mais il est certain que le tilt est probablement mon leak le plus dangereux en cash game.

Le challenge commence sur six tables

Jour 1

Bon, Victor, arrête de penser à cette nuit de grinder tilté, écris, sois créatif. J’essaie diverses choses, écouter de la musique des années 90, relire les versions précédentes de mon scénario, mais rien ne m’aide. J’abandonne et décide de regarder un film pour me changer les idées sans toucher aux cartes. Puis, après la séance cinéma, l’appel du grind est trop fort, je m’assois devant mon ordi, bien décidé à « me refaire » et effacer les pertes de la veille. Y a pas de raison, on va reprendre le jeu tight que je maîtrise pour essayer de profiter des faiblesses des mauvais joueurs et gagner de l’argent en attendant les situations profitables. Autant que faire se peut, je vais essayer de ne pas me level contre les regs.

Une fois le chef-d’oeuvre du soir avalé, je m’installe pour une nuit de grind. Enfin, je commence rarement une session en me disant que je vais y passer la nuit, mais curieusement, c’est pourtant souvent cela qui arrive. Je joue très tight en ce début de session, quelque chose comme 17/14/5 et cela se passe tout de suite mieux que la veille. Je déstacke rapidement deux ou trois fishs qui s’aventurent à tout envoyer avec middle paire en se disant probablement que ça pourrait suffire. Puis c’est le retour du fameux « Stackoff », mon meilleur ennemi de la veille. Et là, je décide de ne plus me laisser marcher les pieds et de revoir ma range de « go broke » contre lui.

La veille, j’avais perdu des tonnes en payant un ou deux barrels puis en abandonnant sur le troisième. Aujourd’hui, une top paire suffira pour tout mettre au milieu contre lui. Et les résultats furent plutôt convaincants puisque j’ai du lui prendre cinq caves pendant cette soirée (dont une en chattant une petite ventrale tout de même). A cela s’ajoute quelques beaux setups contre des regs, une confiance décuplée et je finis ma nuit à +13 caves après un petit AA vs KK 200bb deep. Je suis heureux comme un gamin en allant me coucher, comme si je venais de réaliser quelque chose de formidable, alors que bien sûr, j’ai juste dû chatter comme un porc, comme en témoigne cette main sur laquelle je termine cette magnifique session :

Jour 2

Le lendemain, un peu par hasard, je jette un coup d’oeil au nombre de mains que j’ai jouées pendant cette nuit, histoire de. Et je découvre surtout que je suis en tête du challenge CG avec +13 caves, loin devant le deuxième. Tout content de cette soirée de grind particulièrement réussie qui m’a vue jouer environ 3,5k mains, je poste la petite tof de ma première place au challenge sur CP, dans le but de brag un peu – et surtout parce que je sais, et je l’annonce, que cela ne va pas durer. Vive l’optimisme !

La nuit suivante, délaissant à nouveau mon scénario, je repars vers les contrées lointaines de Winamax et retrouve mes meilleurs amis de la nuit pour un peu de gamble. Je prends rapidement 6 caves en jouant un Poker appliqué et me sens alors inarrêtable, bien dans mon élément et prêt pour le mois à 10k. Le rêve tourne court puisque je vais finalement finir ma session even après avoir joué … 9k mains. Petite explication : pour la première fois, et sans doute attiré par l’idée de me positionner dans le Hand Challenge, j’ai choisi de multitabler neuf tables de NL100 SH, tutoyant ainsi les 1k mains /heure. Pas forcément une bonne idée puisque mon jeu s’est considérablement dégradé, notamment à cause de la fatigue et du fait que j’étais timeout souvent sur certaines tables de mon portable.

J’ai limité les dégâts pour terminer où j’avais commencé neuf heures plus tôt. La seule bonne nouvelle, c’est que j’occupe désormais la première place du Hand Challenge : le classement du joueur qui joue le plus de mains pendant une semaine. A la clef, des prix en cash sont distribués aux 20 premiers de cette race, avec 600€ au numéro un (qui aura probablement raké au moins quatre fois plus pendant sa semaine !). Vu mon avance confortable au classement, je me dis qu’en continuant ainsi, j’ai une bonne chance d’accéder au podium de ce challenge, vu que j’ai déjà 5k mains d’avance sur le deuxième.

Jour 3

J’ai toujours eu l’esprit de compétition et l’envie de gagner ce challenge devient alors une obsession. A tel point que je commet l’irréparable : me mettre à jouer en journée. Je dis irréparable par rapport à mon objectif d’antan qui était d’écrire un scénario. Je joue quelques heures, sans parvenir à gagner réellement, m’accorde une petite pause pour manger puis me remet à jouer sur six tables dans la soirée. Je suis quand même conscient d’avoir perdu pas mal d’edge la veille en m’obstinant sur neuf tables et retrouve donc mes habitudes avec seulement six tables.

Ce sont surtout mes habitudes de tilteur fou que je retrouve. Suite à quelques setups en ma défaveur, mon jeu se dérègle, je pars en mode call 100% des 3-bet et perds pas mal de gros coups contre de bons joueurs réguliers du site, « Amessra » notamment (dont on se demande pourquoi il ne va pas faire un petit tour en NL200, au lieu de nous faire chier en NL100 !). Dans cette session un peu catastrophique, je perds notamment un gros coup que j’avais posté sur Club Poker et qui m’a bien plombé ma session. Bon, encore une fois, le cold-call du 3-bet de petite blinde est pas terrible, mais bon, la suite est assez moche et m’a bien mise en tilt !

Bref, histoire de continuer à swinguer pas mal, je perds cette fois 5 caves et ne deviens plus qu’une ombre dans le classement des plus gros gagnants de la semaine. Côté hand challenge, je suis toujours bien en tête, seuls « Obitwo » et « BaRenka » semblent décidés à tenter de me rejoindre.

Jour 4

Lors de la quatrième journée du challenge, ou plutôt ce que l’on pourrait appeler la quatrième nuit, je vais encore swinguer comme pas permis. Je débute super mal ma session car, au bout de trois mains jouées, je perds déjà mon premier gros coup, dont voici la vidéo, puis je perds dans la foulée une cave AK contre AA.

Dieu sait que je n’ai pas un jeu « high variance », mais en gros, je passe lors de cette session de 10 heures de -8 caves à even pour finalement terminer à -5 caves une nouvelle fois. Même si c’est toujours difficile d’arrêter une session bien négatif, je me résous à rejoindre les bras de Morphée quand je me rends compte que mes parents se lèvent alors pour travailler alors que je vais prendre le chemin inverse. Un peu honteux, et encore plus parce que je suis perdant sur la session, je m’endors en maudissant ce challenge et ce rythme que je me suis imposé.

Comme l’écrira Pshico sur mon mur Facebook, « 32k hands en 4 jours, non mais ça va pas ! » C’est clair que j’ai comme l’impression de devenir un robot à jouer comme ça. Je ne pense même plus qu’à ça. Mon scénario n’est déjà plus qu’un lointain souvenir. Je suis en manque quand je ne clique pas sur raise ou sur call, je deviens un espèce d’addict pressé de retrouver son petit monde virtuel dans lequel je suis en passe de « Gagner ». Oui, mais … ce challenge tourne quand même au vinaigre. Certes, je suis bien placé pour gagner le hand challenge de la semaine, mais niveau profit, pour l’instant, je suis à +3 caves. Toujours positif, mais de très peu et je suis encore forcé de jouer trois jours si je veux ship cette compétition.

Je vois déjà le moment où je vais gagner ce challenge en ayant perdu plus des 600€ de la première place. Bref, tout ça pour ça ! Je passe alors l’une des pires nuits de joueur de poker. Je me retourne pendant deux heures dans mon lit en visualisant toutes les premiums possibles et les flops distribués par un ordinateur devenu géant. Curieusement, je touche tous mes flops, brelans à chaque main, voire quintes floppées, flushs, fulls. Ouh là, vivement que ça se termine, je vois des cartes partout, ça en devient malsain.

Jour 5

Même si l’envie est moins forte, je m’oblige à jouer tous les jours pour maintenir mon avance au classement, c’est ainsi que je passe ma dernière soirée dans le Limousin à jouer encore … et encore. Alors, pour la première fois, ma session sera assez courte, même si j’ai du quand même jouer 3 ou 4k mains pour -3 caves. J’ai pas beaucoup fluctué pendant cette session, juste perdu lentement mais sûrement des petits pots. Comme une lente agonie, je me retrouve au point de départ. Je regarde mon cashier qui indique le même montant (à quelques euros près) qu’il y a une semaine. Blasé, je me dis pour me rassurer que je n’ai plus que la soirée de mercredi soir à passer sans encombres pour gagner tout de même 600€ plus le rakeback gagné sur cette période de grind intensif.

Jour 6

Become a robot ou l'art du 12-tabling

De retour à Paris, je fais comprendre à ma copine que j’ai un petit challenge à relever (sans me lancer dans des explications plus précises) et lance alors ma dernière session de ce hand challenge. En fait, je sais depuis le début que je ne pourrais pas jouer le jeudi, parce que j’enterre la vie de garçon d’un pote. Si je veux gagner le challenge, je suis condamné à prendre de l’avance, d’autant plus que Obitwo, sick robot grinder qui se rapproche dangereusement me menace au classement. Une longue nuit m’attend donc, et je suis déjà apeuré à l’idée de passer la pire session ever.

Retrouvant mon bel iMac 24″, je décide de tenter l’aventure du 12-tabling, sachant qu’il me faut assurer une avance confortable si je veux décrocher le trophée de celui qui a le plus joué en moyenne limite pendant une semaine sur Winamax. Je m’habitue assez rapidement à ce nouveau format pour moi. La taille de l’écran me permet de ne pas être timeout trop souvent et j’arrive globalement à gérer ces 12 tables en pratiquant un poker assez tight (18/14/6). Même si le début de la session me fera redouter le pire puisque je perds très vite deux caves, je parviens à faire l’une des meilleures sessions de la semaine en terminant à +6,5 caves après avoir notamment pris beaucoup à « Flo76102 », un reg qui a dû me maudire pendant cette nuit. Sur plusieurs tables, j’ai eu pas mal de setups en ma faveur contre lui et il a dû se demander si j’étais pas une machine à paire d’as. Je finis ma session vers 4h30 du matin après avoir joué pas loin de 7k mains, tout en guettant du coin de l’oeil les progrès d’Obitwo, le seul qui puisse à priori me rattraper au classement du challenge.

Jour 7

Au réveil, alors que je me prépare pour l’après-midi paintball qui m’attend, je constate que j’ai 7,5k mains d’avance sur Obitwo et plus de 11k sur le troisième. Bref, à moins d’une grosse journée de mon poursuivant et sachant que le décompte s’arrête à minuit, il est fort probable que je décroche la coupe du robot multitableur de la semaine. Je vivrais cette journée d’une manière un peu curieuse. Comme un compétiteur qui aurait quitté son terrain de jeu avant la fin de compétition, je surveillerais tout de même de loin les progrès de mon poursuivant au classement, guettant via mon iPhone si « Obitwo » sera assez fou pour me battre sur le fil. Vers minuit, en le voyant au classement avec plus de 6k mains de retard, je savais que j’avais gagné, je pouvais (presque) mourir.

Bilan

Ceci n'est pas un brag !

Bon, maintenant, il est temps de faire un petit bilan chiffré de ce challenge :

43 677 mains et 650€ de profit pour un winrate dégueulasse à 1,49bb/100

40h de jeu

600€ pour la win du Hand Challenge

700€ de Rakeback via les bonus cash

soit un profit de 1 950 € .

Et pour ceux qui aiment les courbes …

Oh la courbe qui aurait pu être belle !

C’est pas forcément celle que j’aurais aimé vous montrer mais bon, faut être réaliste. J’ai pas vraiment super bien joué pendant ce challenge. Faire du volume comme ça et devenir par la force des choses une espèce de robot, c’est certain que ça a altéré mon jeu.

Pour le temps passé, ce n’est pas forcément un score terrible mais ça a le mérite d’être une récompense honorable pour un joueur qui s’est donné corps et âme à ce challenge de grind intensif. Je ne suis pas prêt à recommencer à grinder autant en si peu de temps, sachant qu’habituellement, je fais moins de 30k mains/mois.

L’expérience était intéressante, parce que je suis passé par des phases très différentes qui reflètent bien il me semble la vie d’un joueur de poker. De l’euphorie à la déprime, de la lassitude à l’excitation, de la joie à la tristesse.

Le poker est un jeu qui vous bouffe la vie, mais parfois, on doit accepter qu’on aime ce jeu par-dessus tout et lancer quelques tables (bon, peut-être pas 12 !)  A bientôt pour un nouveau challenge, et n’hésitez pas à m’en proposer si vous avez des idées. Je suis déjà en manque de compétition mais promis, cette fois, je vais me remettre à écrire. La flamme du cinéma continue de brûler …

10 commentaires

  1. Elie Girard said,

    Allez hop, au boulot maintenant !
    très chouette post en tout cas, plein de sincérité et d’émotion.

  2. Papa_grinde said,

    Very nice et vgg.

  3. mama913 said,

    nice post champion 🙂

  4. starcloclo libert said,

    GG, mais que devient le scénario? On perd sa trace vers le milieu de l’histoire…

  5. kuz said,

    oui il serait temps que tu te sortes les doigts du cul quand même

  6. Xerxes said,

    Très beau témoignage, bien écrit.

    Bravo pour le challenge et d’avoir écrabouillé ce bot d’obitwo 🙂

  7. Ricardo said,

    VGG Tapis volant !

  8. Manu Mars said,

    tres bon, as usual

  9. D8 said,

    vraiment excellent
    Tellement vrai..
    45k mains en une semaine… Oh My God! c’est juste impossible à imaginer.
    quand je fais 2K en une soirée j’ai l’impression d’être un alien…
    En tous les cas la phase que tu décris, totalement obsessionelle, je crois que tous les grindeurs la comprennent..
    Laisser sa copine seule après une semaine d’absence ça c’est EV-….!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :